Interviews

 

 DSC03179

 

Le nouveau président du Moc a fait sa rentrée politique dans La Libre Belgique. Interrogé sur la fiscalité, il met en garde contre le mirage de la réduction des impôts.

 

« Si on diminue les recettes, quelles dépenses réduira-t-on ? Cela se traduira forcément par des économies quelque part » s'interroge-t-il. « Quand on dit qu’on peut payer moins d’impôts, entre les lignes, cela signifie que si les pouvoirs publics n’ont plus assez de moyens pour exercer leurs missions, d’autres pourront toujours bien les reprendre. Et au niveau européen, la tendance est le tout au marché ».

 

 Retrouvez l'ensemble de l'interview sur lalibre.be.

lg quadrigene basLes coalitions se dessinent davantage sur base de rapprochements entre personnes et stratégies de pouvoir que sur des programmes clairs. Cela pose problème aux responsables du Moc, également interpellés par la hausse des abstentions.

Au lendemain des élections communales et provinciales, Thierry Jacques et Frédéric Ligot, président et secrétaire politique du Mouvement ouvrier chrétien (Moc) décodent les résultats des scrutins. A l’heure de boucler cette édition, toutes les coalitions n’étaient pas encore connues et c’est donc sur de grandes tendances que "L'Info" les a invités à réagir.

Th.J.: Il est difficile de tirer de grands enseignements des scrutins communaux. En effet, les situations sont très diversifiées et liées à des considérations et des contextes locaux. Les coalitions se forment davantage sur base de rapprochements entre personnes et de stratégies de pouvoir que sur base de programmes et d’options politiques de fond. C’est un mode de coalition qui nous pose parfois problème puisque, nous, au Moc, essayons que la politique soit basée sur des programmes clairs, sur des lignes idéologiques fortes, et des projets politiques progressistes.

Lire la suite...

mocLa crise dans laquelle nous sommes plongés depuis plusieurs années est avant tout une crise de l'emploi et de la répartition des richesses. C'est le message principal qu'a voulu rappeler Thierry Jacques dans une interview donnée à Philippe Leruth pour Vers l'Avenir. Une crise qui touche en particulier les jeunes avec plus de 5,5 millions de jeunes européens condamnés au chômage. Face à cette situation, le Président du MOC propose notamment un contrat de tutorat pour permettre aux travailleurs en fin de carrière d'alléger leur temps de travail tout en aidant les jeunes à s'insérer sur le marché du travail. L'occasion aussi pour Thierry Jacques de rappeler la manifestation du 30 septembre à Bruxelles "Pour la prospérité et contre les inégalités» organisée par la plateforme du même nom.

Retrouvez l'intégralité de l'interview de Thierry Jacques ici.

Rectificatif:
Dans l'interview vous serez certainement surpris de lire, à la fin du papier sur l'index,
que Thierry Jacques « serait prêt à envisager une adaptation de l'index pour le secteur non marchand »... Il s'agit d'une erreur. Pour le Président du MOC, la précision suivante s'impose:

"Notre point de vue est qu'il faut maintenir le mécanisme de l'index pour tous les travailleurs (et allocataires sociaux) et tous les secteurs, car, selon nous, il fait partie de la solution à la crise. Cela dit, dans les secteurs et entreprises à forte intensité de main d'oeuvre, comme par exemple le non-marchand, on devrait réfléchir à un mécanisme permettant de compenser le coût de l'indexation pour l'entreprise, par exemple sous forme de réductions de cotisations sociales. Ceci afin d'éviter qu'en finale, une indexation ne conduise à une diminution de l'emploi. Bien entendu, cela ne peut se faire que pour autant que ces réductions de cotisations à la Sécurité sociale soient compensées par un élargissement de son financement, d'où notre proposition au sujet de la Cotisation Sociale Généralisée."

pict_401725Dans l'interview que Thierry Jacques a donné à La Libre Belgique ce vendredi 17 février, le président du Mouvement ouvrier chrétien juge que l’austérité conduit à la ruine de l’Europe. Et refuse que tout le monde fasse un effort pour sortir de la crise. "Un certain nombre de gens ne peuvent pas faire un effort tout simplement parce qu’ils se trouvent dans une pauvreté terrible", explique-t-il. Il propose notamment un impôt minimal de 20% sur les sociétés et un partage du temps de travail. "Sinon, on doit accepter de dire qu’on condamne une génération entière au chômage, et aux emplois précaires", prévient-il.

Retrouvez ici l'intégralité de cette interview parue dans La Libre ainsi que la revue de presse sur Matin Première qui en fait référence.

(Photo: Christophe Bortels)

tj_llbPour préparer l'avenir, rétablir l'équilibre budgétaire ne sera pas suffisant, il faut aussi des moyens supplémentaires pour initier de nouvelles politiques. Thierry Jacques, Président du Mouvement ouvrier chrétien, propose notamment d'accentuer la fiscalité sur le patrimoine qui est aujourd'hui insuffisante. Il l'a expliqué au journaliste Vincent Rocour dans une interview parue dans La Libre Belgique. À lire ici.

(photo: Alexis Haulot)

                             logo ep                       

© 2009 MOC

moc-homeChaussée de Haecht, 579 à 1030 Bruxelles.
moc-phoneTél : 02 246 38 01 - Fax : 02 246 38 55
moc-email secret.gen@moc.be