conference de presse juillet 2017Alors que la sécurité sociale enregistre un solde positif, il est grand temps que le gouvernement fédéral se penche sur les recettes de l'État pour élaborer un budget fédéral en équilibre pour 2018. Ces dernières années, la sécurité sociale a suffisamment fait les frais des mesures d’économies et il revient à présent au gouvernement d'adopter une fiscalité juste pour faire contribuer aussi les groupes dans la société qui ont échappé jusqu'ici aux mesures d'économies.
Traditionnellement, les propositions fusent à la veille de l’établissement du budget de l'État fédéral. Et tout aussi traditionnellement, les mesures d’économies envisagées par le gouvernement Michel visent la sécurité sociale et les services collectifs. Avec, pour couronner le tout, une nouvelle vague de réformes structurelles et autant d’atteintes aux droits des travailleurs, aux allocataires sociaux et aux soins de santé. Ainsi, 902 millions d'euros d'économies structurelles ont déjà été imposées aux seuls soins de santé en 2017.


Il est inacceptable de mettre systématiquement l’accent sur les dépenses lors de chaque conclave budgétaire, alors que le gouvernement fédéral refuse tout aussi systématiquement d’opter pour une justice sociale du côté des recettes. Il ressort pourtant des derniers chiffres que ce ne sont pas les dépenses – en particulier de la sécurité sociale - qui sont à la base de l’actuel problème budgétaire, mais bien les recettes.


Dès lors, il ne peut être question d'une baisse de l’impôt sur les sociétés qui creuserait un nouveau trou dans le budget, alors qu’il apparaît d’ores et déjà que le tax shift ne produit pas les recettes promises. À l’heure actuelle, plus de la moitié des entreprises échappent à l’impôt sur les sociétés, selon les chiffres du Conseil Supérieur des Finances. Ne serait-il pas plus rentable de déployer suffisamment de contrôleurs pour lutter contre la fraude fiscale, plutôt que d’en réduire le nombre ?


Et pourquoi les revenus du travail restent-ils autant taxés par rapport aux autres revenus dont une partie non négligeable n’est pas ou pratiquement pas imposée ? Un impôt sur les revenus locatifs et l’instauration d’un impôt sur les plus-values notamment, pourraient constituer un premier pas pour établir une équité fiscale.

 

Beweging.net, le MOC, la CSC et la MC mettent sur la table douze réformes structurelles en vue d’augmenter les recettes et de rendre la situation plus juste. Nous lançons dans le même temps des propositions en faveur de l’emploi et de la justice sociale. Celles-ci sont jointes dans le dossier en annexe.

                             logo ep                       

© 2009 MOC

moc-homeChaussée de Haecht, 579 à 1030 Bruxelles.
moc-phoneTél : 02 246 38 01 - Fax : 02 246 38 55
moc-email secret.gen@moc.be